Recevez les offres d'emploi par email- En savoir plus
Alertes 
 
 

L'anglais en entretien de recrutement : attention danger !

Erecrut.com

Imaginez la scène : vous êtes face à un recruteur, à faire de votre mieux pour le convaincre de vous engager, quand soudain il se met à vous parler en anglais. Surtout, pas de panique ! Ce moment de l'entretien doit permettre de montrer vos compétences dans la langue de Shakespeare. Pour réussir, suivez le guide.


entretien anglaisSurévaluer tes capacités, tu éviteras
C'est l'erreur classique : se dire qu'aux examens d'anglais à l'école, vous aviez de bons résultats et que même si vous n'avez pas pratiqué depuis quelques temps, vous devriez pouvoir vous débrouiller le cas échéant. Vous avez donc inscrit « bonne maîtrise de l'anglais » sur votre CV, ce que le recruteur va s'empresser de vérifier. Problème : la maîtrise d'une langue étrangère, ce n'est pas comme le vélo, ça peut s'oublier ! Mieux vaut donc éviter de tricher pour ne pas vous retrouver décontenancé au moment de l'entretien.

Un bon accent, tu adopteras
La prononciation de la langue de Molière et celle de la langue de Shakespeare sont difficilement compatibles, mais ce n'est pas une raison pour ne pas faire d'efforts ! Si cette partie de l'entretien vous stresse, le minimum est de répéter avant (idéalement avec une connaissance anglophone comme interlocuteur). Apprenez par exemple à parler du contenu de votre CV : vos expériences précédentes ou encore vos hobbies.

Pas décontenancé, tu te lanceras
En entretien, un recruteur peut passer subitement du français à l'anglais. Si le changement vous prend un peu de temps, ce n'est pas dramatique, vous avez même droit de demander à ce qu'on vous répète la question, mais en anglais bien sûr ! Hormis à un important poste de management où vous êtes amené à communiquer au quotidien avec des collaborateurs et des clients étrangers, il vous sera seulement demandé de vous débrouiller avec un niveau d'anglais basique et compréhensible. Répondez simplement, en évitant les grosses fautes de grammaire et en bafouillant le moins possible, cela devrait suffire.

A l'écrit aussi, tu te débrouilleras
Certains recruteurs souhaitent aussi connaître le niveau d'anglais des candidats à l'écrit. Dès lors, ne vous étonnez pas qu'on vous demande à la fin d'un entretien de rédiger une lettre de motivation ou le « feedback » de l'entretien en anglais. Là encore, le mieux est de vous entraîner en amont à cette épreuve. Il serait vraiment dommage de laisser le recruteur sur une mauvaise impression pour quelques malheureuses fautes d'accord...



Dernière mise à jour: 09/05/2014 - 5:35 AM