Recevez les offres d'emploi par email- En savoir plus
Alertes 
 
 

« Créer un climat favorable et donner des moyens matériels »

Erecrut

Matthieu Penaud, responsable sensibilisation de la Mission Handicap de la Société Générale, nous explique la politique menée par le groupe bancaire en matière d'emploi des personnes en situation de handicap.


La Société Générale mène-t-elle une politique volontariste en matière d'insertion des personnes en situation de handicap ?
Notre engagement est profond et date de bien avant la loi de 2005. Nous sommes notamment des partenaires privilégiés de nombreuses grandes associations et de la Fédération française Handisport. La prise en compte des questions en matière de handicap est inscrite dans notre ADN. En 2007, nous avons mis en place un plan d'action sur quatre ans, avec notamment 160 recrutements sur la période, 30 stagiaires intégrés, ainsi que diverses formations et politiques en termes de maintien dans l'emploi de personnes en situation de handicap. Ces objectifs ont été dépassés. Un nouveau plan triennal sur des bases encore plus ambitieuses court jusqu'en 2013.

Les procédures de recrutement sont-elles adaptées pour les personnes en situation de handicap ?
Non, nous avons décidé de ne pas mettre en place de procédures bis, mais en même temps, nous incitons les candidats à ne surtout pas sous jouer leur handicap durant un entretien. Qu'ils sachent que nous faisons en sorte que ce ne soit pas un problème, en aménageant les postes ou en trouvant des solutions, pour les questions de transport par exemple. De même, nous n'incitons pas forcément notre personnel à déclarer leur handicap. La médecine du travail est là pour les écouter et une équipe de sept personnes travaille à temps plein sur le sujet à la Société Générale. Tout est fait pour créer un climat favorable et donner les moyens matériels pour passer outre le handicap, quel qu'il soit.

Y a-t-il des pistes nouvelles à explorer sur la question du handicap au travail ?
Nous nous efforçons de sensibiliser au maximum nos collaborateurs, pour faire en sorte que la question ne soit pas anxiogène. Une bonne partie des efforts restant à accomplir concerne également la formation en amont. Actuellement, 80 % des personnes handicapées n'ont pas le Bac, ce qui rend les choses compliquées dans notre secteur d'activité, où un diplôme post-Bac est généralement exigé.


Dernière mise à jour: 31/10/2011 - 5:37 AM